Pionnières dans le monde de l’automobile

Qui a dit que le secteur automobile était une industrie réservée aux hommes ?

Martorell,  07 mars 2019

  • Les femmes sont à l'origine de plusieurs innovations qui ont façonné le secteur automobile
  • Le marquage des voies au sol, les clignotants et les rétroviseurs ont tous en commun d’être issus de la créativité d’un esprit féminin
  • L'industrie a intégré la plupart de ces inventions à l'équipement de série même si elles étaient rarement brevetées par leurs créateurs

Qu'ont en commun les rétroviseurs, le marquage au sol des voies et les clignotants ? En plus d'être des objets de la vie quotidienne, ces trois inventions sont le fruit de l'imagination de femmes. Ces pionnières ont façonné le secteur automobile par leurs innovations et ont ouvert la voie aux générations suivantes. Voici cinq femmes qui ont révolutionné le monde de l’automobile par leur talent et leur courage.

- June McCarroll, traçant la ligne (1867-1954) : s’il est un inventeur qui combine créativité et détermination, c'est bien June McCarroll. Médecin de profession, celle-ci se rendait en voiture à son cabinet en Californie un jour de 1917 lorsqu'un camion l'obligea à quitter la route. C'est alors qu'elle a pensé qu'une ligne de démarcation au milieu de la chaussée aurait pu empêcher l'accident.

Les autorités locales sont restées sourdes à son idée, mais cela n'a pas arrêté June McCarroll qui est carrément allée peindre une ligne à la main sur un tronçon de la route. Puis, en collaboration avec une association de femmes, elle a lancé une campagne pour étendre cette initiative. En conséquence, les autorités californiennes ont transposé l'idée dans la loi et ont tracé une ligne de démarcation sur 5 600 km de routes. Aujourd'hui, ce système est obligatoire pratiquement partout dans le monde.

"Nous disposons actuellement de systèmes qui aident les conducteurs à rester dans leur voie de circulation, comme l'assistance au maintien de file, et les avertissent en cas de changement involontaire de voie. Celle-ci fonctionne à l’aide d’une caméra située derrière le rétroviseur, qui détecte le marquage au sol et la position du véhicule. Si la voiture s'écarte de sa trajectoire, l'assistant envoie un avertissement. Ce système est prêt à s'activer dès que la vitesse dépasse 65 km/h", explique Lluïsa Tomás, ingénieure au Département Châssis de SEAT.

- Florence Lawrence, la première star de cinéma (1886-1938) : une pierre tombale du cimetière d'Hollywood porte l'inscription "La première star de cinéma". Elle appartient à Florence Lawrence, l'une des actrices les plus célèbres d'Hollywood du siècle précédent, et la star de près de 300 films. Mais Florence Lawrence avait d'autres passions que le cinéma, et plus particulièrement l'automobile. Passionnée de voitures, Florence Lawrence collectionnait toutes sortes de modèles. Non contente de les conduire, elle pouvait également les réparer et les améliorer. Sa créativité l'a amenée à concevoir une palette mobile pour indiquer si la voiture allait tourner, ainsi qu'un panneau STOP qui était visible à l'arrière du véhicule lorsque le conducteur appuyait sur le frein. Ses deux inventions sont les ancêtres des clignotants et des feux de stop modernes. Bien qu'elle n'ait jamais breveté ces systèmes, sa contribution a été décisive pour l'avenir de l'industrie. "Ces systèmes de signalisation sont des éléments essentiels pour la sécurité routière, car ils permettent de prévenir de nombreux accidents, en particulier les collisions arrière. Aujourd'hui, nous disposons de systèmes d'éclairage et de signalisation à LED avec un temps d'activation beaucoup plus court. En ce qui concerne les clignotants, ils permettent d'introduire du mouvement dans la zone, les rendant ainsi plus visibles. En plus d'être un élément fondamental de la voiture, l’éclairage LED a l’avantage d’avoir une durée de vie plus longue et de moins consommer", explique Maite Paris, responsable du Développement de l'éclairage avant chez SEAT.

- Mary Anderson, un inventeur de jours pluvieux (1866-1953) : lors d’une triste journée d'hiver en 1902, Mary Anderson, éleveuse et viticultrice dans l'Alabama, visitait la ville de New York avec ses filles. Lors d'un trajet en taxi sous une pluie battante, Mary a remarqué que le chauffeur a dû s'arrêter à plusieurs reprises pour enlever la neige fondue et la boue des fenêtres. C'est à ce moment là qu'elle a eu l'idée des essuie-glaces. De retour chez elle en Alabama, elle a travaillé avec un designer pour inventer un dispositif actionné à la main depuis l'intérieur du véhicule. Elle a breveté son invention mais n'a jamais trouvé d'acheteur. Après le passage du brevet dans le domaine public, les essuie-glaces ont été installés de série sur la plupart des modèles. "En cas de mauvais temps, les systèmes de sécurité d'une voiture ont permis d'éviter une multitude d’accidents. Mais nous pouvons maintenant aller encore plus loin. Grâce aux applications et aux nouveaux services de mobilité, les véhicules connectés nous permettent de planifier des itinéraires, de les adapter en temps réel en fonction de facteurs tels que la météo, et de recommander la meilleure option de transport pour atteindre notre destination" explique Leyre Olavarría, responsable Infodivertissement et Voiture Connectée chez SEAT.

- Dorothy Levitt, la femme la plus rapide au monde (1882-1922) : journaliste, auteure, militante pour la cause des femmes et... pilote de course sur tout véhicule capable d'atteindre des vitesses élevées, que ce soit sur l'eau ou sur terre. La Britannique Dorothy Levitt est entrée dans l'histoire en établissant plusieurs records de vitesse, comme celui qu'elle a obtenu en 1905 en pilotant son roadster à 146 km/h. Ses talents au volant l'ont amenée à faire carrière dans l’automobile, la légende veut qu’elle aurait même appris à conduire à la reine Alexandra. Dans son livre de 1909 "La femme et la voiture", l'un des conseils qu'elle donne aux conductrices est de porter un miroir à la main qu'elles peuvent tenir de temps en temps pour voir ce qui se passe derrière. Levitt a ainsi été la pionnière d'une innovation clé en matière de sécurité au volant : le rétroviseur. Un accessoire que les constructeurs ont adopté des années plus tard comme élément standard de chaque modèle.

"Le présent et le futur reposent sur des assistants qui aident les conducteurs et leur donnent une vue d’ensemble de leur environnement. Par exemple, la caméra montée à l'arrière permet de faciliter les manœuvres de stationnement, ou le système qui détecte les angles morts dans le rétroviseur extérieur. L'idée du rétroviseur tel qu’imaginé par Dorothy Levitt pour mieux voir la circulation à l’arrière, comporte maintenant des fonctions supplémentaires, dont des capteurs qui s'adaptent à la lumière extérieure pour améliorer la vision, l'information du conducteur et les caméras. Et nous ajoutons d'autres fonctions avec des solutions technologiques qui seront bientôt prêtes à être commercialisées sur nos nouveaux modèles. Rien n’arrête l'innovation", souligne Teresa Salinas, responsable des Systèmes de Plafonnier et des rétroviseurs intérieurs chez SEAT.

...et chez SEAT, la femme qui préserve l’histoire

Son nom n'est mentionné nul part dans les journaux ou dans les magazines, mais elle a joué un rôle clé dans la préservation de l'héritage de SEAT. Elvira Beloso, Responsable de longue date du pôle de presse, a commencé à mettre de côté, un à un, les modèles qu'elle jugeait importants pour illustrer l'histoire de l'entreprise : plusieurs premiers ou derniers exemplaires, des éditions spéciales, des véhicules qui ont servi à conduire les personnalités publiques ou à commémorer des événements. Elvira Beloso a placé ces véhicules dans des recoins isolés de l'usine Zona Franca de Barcelone afin que leur valeur en tant qu'héritage historique soit reconnue à l'avenir. C’est désormais chose faîte et SEAT dispose maintenant d’une collection de 317 voitures anciennes, en grande partie grâce à Elvira et à sa détermination à sauvegarder ces vestiges du passé.



SEAT Communication

Sacha Farkas 
Responsable Relations Presse 
sacha.farkas@seat.fr

Océane Arnould-Dupuy 
Attachée de presse
oceane.arnould.dupuy@seat.fr